La symétrie

09 octobre 2019

Un baptême de loopings

La vie réserve bien des surprises. Certaines petites, et d'autres grandes. Et d'autres encore, tout simplement géantes. Et c'est une surprise de cette catégorie que j'ai eu la chance de vivre dernièrement. Le mois dernier, j'ai en effet fait un vol en avion de chasse dans le ciel de Deauville et c'était vraiment hallucinant. Seulement, lorsque j'ai discuté de cette expérience à mon entourage, j'ai été atterré de la réaction de plusieurs collègues, qui ne concevaient tout simplement pas que j'aie pu dépenser un demi-salaire dans cette expérience. Ça m'a tellement scotché que je suis resté coi sur le moment. Pour tout dire, il est possible que la façon dont ils appréhendent le monde est tellement différente de la mienne que rien ne changera ça. Assurément, j'aurais pu claquer cette somme dans un écran dernier cri. Mais à vrai dire, je m'en moque totalement. Celui que j'ai me convient. Ce dont je suis en quête, ce ne sont pas des choses matérielles : ce sont des moments uniques, inoubliables. Tout ce temps passé l'écran est du temps sans réelle valeur. Alors que les trente minutes passées là-haut resteront à jamais dans ma mémoire. Il y a une seule question à se poser, en fait. Un objet peut-il éclipser un souvenir ? Perso, il n'y a aucune doute. Et tant pis si certaines personnes jugent ma conduite extravagant. Je préfère être irresponsable que criminel. Car oui, ne pas vivre sa vie à fond est vraiment criminel ! Voilà le site par lequel je suis passé pour ce vol , pour ceux que ça intéresse. La partie acrobatique est juste ahurissante. Retrouvez plus d'informations sur l'organisateur de cette activité de ce baptême en Fouga Magister.

fougamagister

Posté par chrisdf à 15:59 - Permalien [#]

31 juillet 2019

Vague virtuelle

La réalité virtuelle est proposée depuis cette année, mais elle demeure pour l'instant une expérience très restreinte au vu de son prix. Cela pousse certaines personnes à prétendre qu'elle va disparaître sous peu, comme les écrans 3D il y a quelques années. Mais à vrai dire, je ne suis pas d'accord avec eux. Le week-end dernier, j'ai en effet suivi un incentive à Rome m'a en effet donné la possiblité de profiter avec mes collègues cette réalité. Et s'il y a bien une évidence qui est ressorti de cette animation, c'est que la réalité virtuelle va connaître un immense succès populaire. Pour ma part, une fois qu'on s'y est aventuré, l'écran plat paraît bien obsolète ; ce serait comme échanger une télévision 4K contre un Amstrad PC1512. Entre les casques qui fournissent une expérience totale, et les écrans ordinaires où le spectacle est dans une simple lucarne, qui pourrait préférer le second. Il me semble nécessaire de signaler que la VR est encore rudimentaire. Or, elle procure déjà une expérience incroyablement ensorcelante. Je suis impatient de voir ce qu'elle va donner dans peu de temps, quand la technologie sera tout à fait opérationnelle ! En plus, cette réalité ne restera vraisemblablement pas reléguée aux jeux vidéos ! Il est probable qu'elle deviendra une aventure quotidienne. Pour certains, c'est une vue de l'esprit, et ils s'appuient sur le fait qu'aucun humain sensé n'acceptera de s'isoler du monde extérieur. Mais réfléchissez un peu. Avec la réalité virtuelle, vous pouvez voir un film sur un écran virtuel de 10 mètres. Qui refuserait de se faire un cinéma dans son canapé ? Le combo ultime sera sans doute un mix VR / RA. Mais ce qui est certain, c'est que cette VR va crever le plafond dans les prochaines années, et nous devrions surveiller ses progrès. Car tout comme le smartphone à ses débuts, elle va profondément bouleverser notre vie. En tout cas, cet incentive à Rome  : j'ai tout particulièrement aimé la soirée challenge en réalité virtuelle que j'ai trouvé particulièrement réussie. Voilà l'agence qui l'a goupillé, si vous souhaitez voir à quoi cela ressemble.Davantage d'information est disponible sur le site de l'agence organisatrice de ce séminaire à Rome. Suivez le lien.

Posté par chrisdf à 14:35 - Permalien [#]
29 juillet 2019

Les forces nucléaires dans l’univers

De même, si la force nucléaire puissante était moins puissante, les étoiles pourraient continuer à fonctionner en l'absence de deutérium stable. Un certain nombre de processus différents fournissent des chemins par lesquels les étoiles peuvent générer de l’énergie et synthétiser des éléments lourds. Au cours de la première partie de leur vie, les étoiles se contractent lentement, leur noyau central devient de plus en plus chaud et dense, et elles luisent avec la puissance du soleil. Les étoiles de notre univers deviennent finalement suffisamment chaudes et denses pour déclencher la fusion nucléaire, mais dans des univers alternatifs, elles pourraient poursuivre cette phase de contraction et générer de l'énergie en perdant de l'énergie potentielle gravitationnelle. Les étoiles les plus anciennes pourraient briller avec une puissance comparable à celle du soleil pendant un milliard d'années, peut-être assez longtemps pour que l'évolution biologique se produise. Pour des étoiles suffisamment massives, la contraction s'accélérerait et deviendrait un effondrement catastrophique. Ces corps stellaires iraient essentiellement en supernova. Leurs températures et densités centrales augmenteraient à un tel point valeurs que les réactions nucléaires allumeraient. De nombreux types de réactions nucléaires se produiraient au cours de la mort de ces étoiles. Ce processus de nucléosynthèse explosive pourrait fournir à l’univers des noyaux lourds, malgré l’absence de deutérium. Une fois qu'un tel univers produit des traces d'éléments lourds, les générations futures d'étoiles ont encore une autre option pour la combustion nucléaire. Ce processus, appelé cycle carbone-azote-oxygène, ne nécessite pas de deutérium en tant qu'état intermédiaire. Au lieu de cela, le carbone agit comme un catalyseur pour stimuler la production d’hélium. Ce cycle fonctionne à l'intérieur du soleil et fournit une petite fraction de sa puissance totale. En l'absence de deutérium stable, le cycle carbone-azote-oxygène dominerait la production d'énergie. Et cela n'épuise pas les options en matière de production d'énergie nucléaire. Les étoiles pourraient également produire de l'hélium par le biais d'un processus à trois nucléons à peu près analogue à celui à trois alpha de la production de carbone. Les étoiles ont donc de nombreux canaux pour fournir de l’énergie et des noyaux complexes dans des univers alternatifs. Un quatrième exemple d'ajustement concerne la formation de galaxies et d'autres structures à grande échelle. Ils ont été ensemencés par de petites fluctuations de densité produites au tout début du temps cosmique. Une fois que l’univers s’est suffisamment refroidi, ces fluctuations ont commencé à s’intensifier sous l’effet de la gravité, et des régions plus denses ont fini par devenir des galaxies et des amas de galaxies. Les fluctuations ont commencé avec une faible amplitude, notée Q, égale à 0,00001. L’univers primitif était donc incroyablement lisse: la densité, la température et la pression des régions les plus denses et des régions les plus raréfiées étaient identiques à quelques centièmes près. La valeur de Q représente une autre instance possible de réglage fin dans l'univers. Si Q avait été inférieur, il aurait fallu plus longtemps pour que les fluctuations deviennent suffisamment fortes pour devenir des structures cosmiques, et les galaxies auraient eu des densités plus faibles. Si la densité d'une galaxie est trop faible, le gaz dans la galaxie est incapable de refroidir. Il pourrait ne jamais se condenser en disques galactiques ou se fondre en étoiles. Les galaxies à faible densité ne sont pas des habitats viables pour la vie. Pire encore, un délai suffisant aurait pu empêcher la formation de galaxies. Il y a environ 4 milliards d'années, l'expansion de l'univers a commencé à s'accélérer et à séparer la matière plus rapidement qu'elle ne pouvait s'agglomérer - changement de rythme généralement attribué à une mystérieuse énergie noire. Si Q avait été trop petit, l'effondrement des galaxies aurait pu prendre si longtemps que l'accélération aurait commencé avant la fin de la formation de la structure et que la croissance aurait été supprimée. L'univers aurait pu être dépourvu de complexité et sans vie. Afin d'éviter ce sort, la valeur de Q ne peut être inférieure d'un facteur 10.

Posté par chrisdf à 15:39 - Permalien [#]
22 mai 2019

On parle de cartel dans l'automobile

Il y a quelques temps, j'ai suivi un incentive à Tallinn durant lequel j'ai parlé voitures avec deux ou trois personnes. Et, bien entendu, l'affaire du dieselgate a été débattue pendant un long moment. C'était après tout le plus grand scandale automobile de notre époque, et je crois que personne ne l'a oublié. Mais un autre, de plus grande ampleur encore, a apparemment éclaté depuis lors : il intéresserait cette fois l'intégralité de l'industrie automobile allemande. Pour certains experts, c'est à n'en pas douter le plus gros scandale économique auquel le pays ait été confronté ces 70 dernières années : les constructeurs automobiles allemands auraient tenu depuis avant les années 2000 un cartel pour s'entendre sur de nombreuses questions. Volkswagen, Daimler, BWM, Audi et Porsche se seraient ainsi rencontrés très régulièrement dans la clandestinité : des centaines de fois durant les cinq dernières années ! Cette alliance aurait permis l'émergence d'un cartel important qui aurait permis aux concernés de se garder des concurrents. Cette alliance secrète va bien sûr à l'encontre de toutes les règles européennes sur le sujet. Les faits sont avérées puisque c'est Volkswagen même qui est à l'origine des révélations. Ce choix peut paraître incroyable, mais dans les scandales de ce type, la firme qui se dénonce à la Commission européenne profite souvent d’un traitement de faveur dans le dossier. Le constructeur a donc préféré se dénoncer plutôt que de devoir faire face à une nouvelle amende record qui le mettrait sur les genoux. Ce qui est sûr, en tout cas, c'est que c'est une catastrophe pour l'économie allemande : l'industrie automobile est l'étendard du made in Germany, et elle emploie quelques 800 000 personnes ! Au passage, j'ai bien aimé cet incentive. Si vous ne connaissez pas la destination, vous devriez vous laisser tenter. Si vous souhaitez en savoir plus, c'est par là que ça se passe. A lire sur le site de cette expérience incentive en Estonie.

Posté par chrisdf à 15:39 - Permalien [#]
21 mai 2019

Quelle vie privée au bureau ?

Ce n'est pas du tout un nouveau concept, mais il semble avoir atteint un niveau élevé cette année en Angleterre: le bureau ouvert. Les magasins GroupM ont récemment ouvert un plan ouvert au 3 World Trade Center et, lors de l'appel des résultats de la société Omnicom la semaine dernière, les dirigeants ont parlé de la consolidation de l'immobilier en s'installant dans des hubs de type campus. Ensuite, il y a le "hotdesking" qui signifie que vous partagez votre bureau avec d'autres personnes (et, croyez-le ou non, cela n'a rien à voir avec des drogues). Ici, à News Land, nous savons depuis toujours que les bureaux ouverts nous permettent de partager des idées, des germes de la grippe et des informations hautement personnelles avec vos collègues. J'ai discuté avec quelques membres des agences des difficultés et des tribulations de la vie au bureau et, je dois l'avouer, je me suis bien amusé. "Des études menées sur des rats depuis les années 1960 ont montré que les rats vivant dans des espaces ouverts bondés manifestaient des comportements inhabituels, notamment des attaques réciproques et des grossesses non menées à terme", a déclaré Erica Fite, cofondatrice de Fancy et directrice de la création. dit dans un email. "Heureusement que nous ne sommes pas des rats?" Sa cofondatrice et directrice créative, Katie Keating, a déclaré que "les bureaux ouverts sont parfaits pour encourager les gens à travailler à la maison". Et quand vous êtes dans les délais, ils sont parfaits pour le cache-cache de votre éditeur! Je veux dire patron. [Note de la rédaction: Bien essayé, Meg.] "La bonne chose à propos du style de vie de bureau nomade est que personne ne sait jamais où vous chercher", dit Keating. Un autre dirigeant que je ne saurais nommer a fait remarquer que le déménagement dans des bureaux ouverts concernait «de l'argent purement et simplement. Il n'y a pas eu d'étude qui dise que les bureaux ouverts rendent les employés plus productifs, bien au contraire». Cette personne a appelé les bureaux ouverts un peu accablant. "C'est un assaut sur les sens. Pas de séparation, cela signifie que je dois non seulement entendre mais aussi regarder toutes les conversations en profondeur que les gens ont sur l'endroit où aller pour le déjeuner." Mais il y a des avantages, disent-ils. Comme un planificateur l'a dit à un responsable d'agence, "je peux partir plus tôt, car personne ne sait où je suis!" Tim Leake, CMO chez RPA, dit qu'il a travaillé sur des plans d'étage ouverts et des plans de bureaux privés. "Je veux vraiment aimer les plans ouverts, parce qu'ils se sentent bien. Mais dans la pratique, ils semblent être des usines de distraction", a-t-il déclaré. "Une fois, j’essayais de travailler et portais au casque l’équivalent du" bureau ouvert ", c’est-à-dire que votre porte est fermée et que quelqu'un m'a littéralement jeté un morceau de papier froissé pour attirer mon attention. Je pense qu’ils négligent de comprendre certains aspects fondamentaux. comportement humain. Les gens ont parfois besoin d’un espace qui leur est propre. J'aimerais voir une sorte d’hybride, où les gens sont encouragés à traîner dans une zone dégagée autant que possible, mais aussi avec de nombreux espaces privés disponibles pour pour faire la mise au point, passer un appel ou décompresser pendant un moment. " Il ajoute qu'il y a probablement des problèmes avec cela aussi.

Posté par chrisdf à 18:00 - Permalien [#]

27 mars 2019

Je révais de voltige

J'en rêvais depuis un bon moment, et la semaine dernière, j'ai vécu une expérience riche en sensations fortes :  un baptême de voltige aérienne ! Et je n'ai pas été déçu. Si j'avais des noeuds dans le ventre en me rendant à l'aéroclub, j'en garde en définitive très bien passé. J'ai fait mon vol à Namur, à bord d'un Cap 10B. Ma plus grande frayeur, au final, m'a étreint avant d'embarquer. Je me demandais si j'allais rendre mon petit-déjeuner, si j'allais supporter le choc, si j'allais aimer l'expérience... Mais lorsque je me suis retrouvé à l'intérieur cockpit, tous mes doutes se sont envolées : je n'aurais même donné ma place pour rien au monde ! Bon, je dois admettre que quand j'ai entendu le pilote annoncer à la tour de contrôle qu'on allait ouvrir le bal, mon coeur s'est mis à battre à plein régime. Mais dès qu'on a effectué un premier virage serré, j'ai immédiatement pris beaucoup de plaisir. En termes de sensations, je dois dire que j'ai eu mon content ! J'avais demandé des figures soft, mais j'ai cependant droit à de grosses émotions en vol. A chaque figure, on subit les facteurs de charge. J'ai mis plus de 4h pour récupérer après le vol, et je suis pourtant familiarisé aux sports extrêmes ! A un moment j'ai senti mon champ de vision se rétrécir : c'était le fameux black out ! Si vous voulez vous faire une idée de ce qu'on éprouve pendant les figures, visualisez ce que vous ressentez lorsqu'on vous prend la tension, lorsque votre bras est serré par le brassard du tensiomètre. Et maintenant, imaginez que c'est tout votre corps est dans ce brassard et vous saurez ce qu'on éprouve en encaissant les G. Mais ce n'est pas déplaisant pour autant. C'est seulement une sensation... ensorcelante. Si vous êtes de ceux qui sont rapidement malades en voiture, je vous déconseille vivement de faire un tour dans un avion voltige. Mais si vous appréciez les sensations extrêmes, n'hésitez pas un seul instant. C'est une expérience qu'on se doit de vivre au moins une fois dans sa vie ! Mais si vous voulez éviter d'souffrir, pensez à demander des figures moins violentes et pas trop répétées à la suite. Voilà un lien vers mon baptême de voltige à Courtrai, pour ceux qui sont intéressés.Pour en savoir davantage, je vous recommande la lecture du site internet sur cette expérience de baptême de voltige aérienne à Rennes qui est très bien rédigé sur ce sujet.

voltige3 (5)

Posté par chrisdf à 14:14 - Permalien [#]
26 mars 2019

Le partie de la démocratie

Deux Staceys sont en passe de devenir la première femme gouverneur de la Géorgie. Un Stacey - Stacey Abrams - est noir. Elle est l’ancienne chef de la minorité à la Chambre des représentants de l’État. L'autre, Stacey Evans, est blanche. Elle a fondé son propre cabinet d’avocats et représente le 42e district de l’État depuis 2011. Les deux démocrates ont des années d’expérience à la Maison d’État et se sont engagés à faire avancer un ambitieux programme progressiste pour la Géorgie. Mais leurs approches ont été nettement différentes. Abrams a structuré sa campagne autour de l'autonomisation et de la sensibilisation des minorités par le biais d'une campagne ciblée à la base. Evans, entre-temps, avec la promesse de ramener l'espoir en Géorgie, s'est vendue comme la candidate capable de poursuivre en justice les indépendants et de motiver les électeurs, un «champion du sens commun» auto-proclamé. La course à l'investiture démocrate s'achèvera mardi, lorsque les Géorgiens se rendront aux urnes pour l'élection primaire. Mais dans l’intervalle, c’est une vignette éclairante qui expose le questions plus vastes auxquelles sont confrontés les démocrates avant la mi-mandat - distinctes des tensions entre les ailes Bernie et Hillary du parti, et différentes même de la question de savoir qui peut plus équitablement s'identifier comme progressiste. Les démocrates devraient-ils se concentrer davantage sur la capture d'électeurs blancs de la classe ouvrière qui se sentent laissés pour compte par Trump? Ou devraient-ils mobiliser les électeurs noirs et rallier la base? Un stratège démocrate local a résumé l'état des choses de la manière suivante: «Le parti démocrate…» Il a pris une longue pause avant de laisser un soupir désespéré. "Si vous demandez aux gens ce que le Parti démocrate défend, ils ne peuvent pas vous dire", a-t-il déclaré. "Dès que l'on dépasse l'anti-Trump, personne ne semble le savoir." En Géorgie, il y a un choix entre deux cahiers différents: un plan d'action ambitieux mais risqué, par rapport à un plan prudent, plus traditionnel. Plus largement, la course en Géorgie illustre les défis auxquels sont confrontés les démocrates non seulement en novembre, mais également en 2020. Cette primaire pourrait aider à définir le parti et à lui donner un sens positif. identité dont il a désespérément besoin.

Posté par chrisdf à 13:37 - Permalien [#]
26 janvier 2019

Politique: du Canada à la France

Comme toujours, à chaque présidentielle, les journalistes et les politiques expliquent à leur manière les résultats du premier tour. Et leur interprétation des faits est souvent totalement déconnectée du réel. Cette année n'a pas échappé à la règle. Car la plus grande partie des électeurs a de fait voté contre certains plus que pour d'autres. Vendredi dernier, j'ai encore participé à un séminaire à Montréal lors duquel j'ai pu m'en rendre compte avec mes collègues. Car nombre d'entre nous envisagions de voter Macron. Et nous y pensions en général dans la même perspective. Avant tout, pour endiguer Fillon, qui a illustré l'ampleur de son incompétence au cours de ces deux derniers mois. Et pour être clair, ce n'est pas tant le scandale qui lui a nui : c'est lui-même. Par ses discours populistes et ses vues étroites, par son incapacité à se remettre en cause ou cédé sa place, il a montré ce qu'il était réellement : un homme qui aurait été une catastrophe en tant que président. Même Nicolas Sarkozy, dans la même situation, avait fait preuve de plus d'intelligence que monsieur Propre ! Ensuite, il y avait bien évidemment le poids du vote utile : la plupart d'entre nous souhaitions faire entendre nos voix face à l'extrême-droite. Pour ne pas avoir à regretter, comme le font sans doute aujourd'hui les américains. De fait, beaucoup auraient voulu choisir un autre candidat, mais ont évité du fait de ses faibles chances : les LR, sabordés par un candidat totalitaire ; le PS, occupé un divorce dont il ne se rétablira que très difficilement. Nombre d'électeurs, en vérité, n'ont pas soutenu Macron pour ses résolutions. Le candidat est, pour rappel, l'héritage de Hollande, et l'homme derrière la loi travail. Le seul point incontestablement positif qui est dans le programme de Macron, en définitive, c'est sa confiance pro-européenne. En une époque où ce magnifique projet est dénié par une majorité, il était impératif que le nouveau président français en soit un fervent apôtre. En tout cas, j'ai passé un bon moment lors de ce séminaire. Je vous mets en lien l'agence qui l'a arrangé, si vous souhaitez monter un événement. Encore plus d'information sur ce séminaire incentive à Montréal en surfant sur le site internet de l'organisateur.

Posté par chrisdf à 08:28 - Permalien [#]
14 janvier 2019

Benalla garde de Macron

Mercredi, devant les sénateurs, Alexandre Benalla a soutenu n'avoir « jamais été le garde du corps d'Emmanuel Macron. » - Deux nouvelles vidéos montrent l'ancien chargé de mission aux côtés du président pendant un bain de foule le 21 juin à l'Elysée. 20 Minutes a contacté des experts en sécurité privée, qui sont partagés sur le rôle d'Alexandre Benalla ce soir-là. Quel était le rôle d’Alexandre Benalla, présent aux côtés du président le soir de la Fête de la musique, organisée cette année à l’Elysée ? Deux vidéos, que 20 Minutes s’est procurées, montrent le jeune homme aux côtés du président pendant un bain de foule le 21 juin. Les portes du palais présidentiel étaient exceptionnellement ouvertes ce soir-là à 1.500 personnes pour un concert électro. Dans ces vidéos, Emmanuel Macron pose pour des selfies avec des invités. Dans le premier film, d’une durée de 27 secondes, on voit Alexandre Benalla à côté du président. Il lui adresse quelques mots puis se met légèrement en retrait pour laisser passer Emmanuel Macron et d’autres membres de l’entourage de celui-ci. Alexandre Benalla retire un bras autour du cou d’Emmanuel Macron Dans la seconde vidéo, qui dure une minute et neuf secondes, Alexandre Benalla prend le bras du président à deux reprises pour le faire avancer. Quand une jeune femme passe son bras autour du cou d’Emmanuel Macron pour une photo, l’ancien adjoint au chef de cabinet le retire en douceur. On le voit également parler avec des membres de la protection du chef de l’Etat. Pour l’Elysée, « il n’y a rien de nouveau là-dedans ». « Dans le cadre de ses fonctions à l’Elysée, à la sortie de ses sanctions, Alexandre Benalla a été rétrogradé aux événements du palais de l’Elysée », explique le palais à 20 Minutes. Quant à la présence rapprochée d’Alexandre Benalla aux côtés du président, « c’est assez classique dans ce type de configuration, avec la foule. » L’intéressé lui-même a affirmé sous serment, mercredi devant les sénateurs, n’avoir « jamais été le garde du corps d’Emmanuel Macron. » « Pour moi, il a une attitude de chef d’équipe » 20 Minutes a soumis les vidéos à trois acteurs de la protection rapprochée de personnalités et de la sécurité privée. Ceux-ci sont partagés sur le rôle d’Alexandre Benalla. « Pour moi, il a une attitude de chef d’équipe, tranche un de ces acteurs, qui a souhaité rester anonyme. En général, le chef d’équipe ne se met pas dans le dispositif. Il vient en renfort et il observe. Je ne vois personne d’autre qui coordonne la sécurité. » Sur ces vidéos, Alexandre Benalla ne porte pas d’oreillette. Ne serait-ce pas contraire à une bonne coordination ? « Dans la foule comme cela, la radio ne servira à rien s’il y a une attaque. C’est un acte réflexe individuel et collectif et chacun sait ce qu’il a à faire. Cela ne s’improvise pas. » Pour cet acteur, Alexandre Benalla aurait pu faire partie du dispositif de « protection immédiate », qui englobe les personnes « qui vont évacuer le président en cas d’attaque. » « Cela s’apparente à un rôle d’organisateur » Un deuxième expert, qui a également voulu garder l’anonymat, est plus partagé. S’il reconnaît à Alexandre Benalla « une attitude de garde du corps, », il souligne que c’est la « formation » de l’homme. « C’est un travers qu’il peut avoir. Cette attitude ne veut pas dire qu’il est garde du corps. » Pour Thomas Rossi, président-fondateur de Wagram Protection, un rôle d’organisateur est plausible, même s’il estime que la durée des deux films ne permet pas de trancher sur le rôle exact d’Alexandre Benalla ce soir-là. « Dans la deuxième vidéo, à la fin, on a l’impression qu’il donne une direction à Emmanuel Macron. Cela s’apparente à un rôle d’organisateur », détaille le spécialiste. Même constat sur le premier film : « on le voit proche du président, on a l’impression qu’il donne une direction à suivre. » Toutefois, un « garde du corps peut aussi avoir parfois un rôle d’organisateur. Si on protège une personnalité, il peut y avoir un bain de foule, une apparition sur un plateau, il y a un programme à respecter. Le garde du corps le connaît et il doit le respecter.

Posté par chrisdf à 08:56 - Permalien [#]
29 octobre 2018

Voler en MiG

Le MiG avait même un système de tir de missile de type Star Wars qui permettait à son pilote lancer simplement en pointant son casque sur la cible. Si Hooter pouvait avoir Tomcat dans une position à seulement quarante-cinq degrés du nez de son MiG - ce qui était un beaucoup plus facile à établir que le Tomcat plus étroit, de dix à vingt degrés les exigences du nez - et à la bonne distance, Lupe était de la viande morte. Pas de doute, le jeune lieutenant avait les mains pleines ce jour d’août dans le beaux ciels de combat ensoleillés au large de l’Italie. Et il le savait. Mais il avait un plan. Lui et son arrière-garde, le lieutenant Comdr. Louis “Loose” Cannon, un homme calme et pensif Un vétéran du Desert Storm pilotant un RIO ou un officier d'interception radar, avec Lupe spécifiquement à cause de son expérience, ils avaient décidé au début d'essayer de continuer à se battre même, faisant de leur mieux pour rester en dehors des enveloppes de destruction maniables et plus petites de MiG en le menaçant suffisamment pour le tenir à distance. La tactique leur permettrait de gagner du temps, et si Hooter a fait une erreur, ils ont sauté. La performance maximale était la clé. Tant qu'ils pourraient continuer à tourner assez bien pour garder leur nez menaçant le 29, Hooter devrait respecter leur. Il ne s’attaquerait pas à la tuerie avant de penser qu’ils avaient des problèmes. Puisqu'elles n’avaient pas le pouvoir du MiG, ils utilisaient la gravité pour les aider à tourner. Tournant saigné la vitesse, ou «énergie», comme on l'appelait aussi dans le monde des combats de chiens. Sans vitesse, tout combattant est vulnérable. Manœuvrer devient plus difficile. Mais rugissant, avec la gravité les aidant, ils retrouveraient de l’énergie perdue dans les virages serrés. C'était un jeu d'échecs, le cobra et la mangouste. Si Lupe et Loose gardaient la vue du MiG afin qu'ils sachent où il était et donc quoi anticiper, et gardé insaisissable de sorte que le MiG avait des angles de tir plus difficiles, et si Lupe a piloté le jet à sa vitesse de rotation optimale - environ 310 à 320 nœuds - où il roulerait le plus rapidement et dans le plus petit rayon, ils auraient une chance. Une seule erreur a été de leur donner une ouverture. En savoir plus en suivant le lien sur le site de l'organisateur de ce baptême en avion de chasse.

Posté par chrisdf à 16:45 - Permalien [#]